Croquettes pour chiens et chats et « réaction de Maillard »

Si votre vétérinaire vous recommande les croquettes, demandez-lui ce qu’il pense de la « réaction de Maillard » ?

La réaction de Maillard, il ne peut pas ne pas connaître, à moins de n’avoir pas écouté ses cours sur la question, ce qui n’est tout de même pas très vraisemblable.

Il doit même si bien connaître, que nous pouvons prendre le pari qu’il aura pour vous une réponse toute prête du genre : « la réaction Maillard, de l’histoire ancienne, ça date tout de même de… 1913, et le système de fabrication des croquettes modernes permet d’éliminer définitivement ce problème ! »

Bon, voyons cela : et pour commencer, qu’est-ce que la réaction de Maillard ?

Camille Maillard, chercheur et professeur agrégé de la faculté de médecine de Paris a mis en évidence le fait que la cuisson à haute température des aliments en modifie les acides aminés, les transformant en substances cancérigènes.

Cette transformation chimique se produit dès que l’on porte les aliments à une température supérieure à 150 ° C. C’est-à-dire une température très nettement inférieure à celle nécessitée par les processus de l’extrusion.

Si malins que soient les chercheurs de l’industrie alimentaire, ils ne peuvent rien contre les réactions chimiques, et ce qui était vrai en 1913 est toujours vrai à ce jour.

D’ailleurs, les expérimentations animales ont démontré récemment que les molécules transformées par la cuisson à haute température avaient une influence cancérigène sur les tumeurs existantes à court terme, et provoquaient des cancers à long terme chez les singes, les rats, et les souris.

Si vous vouliez vous persuader que l’effet Maillard est toujours d’actualité, il vous suffit de noter cette expression sur la barre de recherche de Google, et vous serez édifiés… vous y trouverez des titres du genre : « quand l’excès de cuisson rend les aliments toxiques » (mai 2014), « la toxicité des produits de la réaction de Maillard » (pas de date apparente), « comment limiter les risques liés à la réaction de Maillard ? » (Mars 2016)…

Les conseils de ce dernier article sont sans appel : en effet, citons trois d’entre eux :

  • privilégier les cuissons douces
  • limiter au maximum les produits industriels
  • manger cru…

Autant dire, tout le contraire de la fabrication des croquettes !

Voilà qui donne à penser, ne trouvez-vous pas ?

croquettesloki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *