Vrai ou faux : comme son ancêtre le loup, le chien est un animal de meute ?

Capture d’écran 2014-06-18 à 08.13.20

Faux !

Faut-il le répéter jusqu’à plus soif ? Non, ni le chien ni le loup ne sont des « animaux de meute » !

Pour ce qui est des loups, même s’ils sont effectivement capables de s’organiser en meutes de manière ponctuelle et occasionnelle, là n’est pas, mais pas du tout, leur mode habituel de vivre. Les loups ne vivent pas en meute, mais en famille.

Capture d’écran 2014-07-02 à 14.58.13

Quant aux chiens, ce sont d’abord des individualistes. Et quand pour diverses raisons, ils se voient imposer un mode d’existence de type « meute » (cas des chiens de chasse à courre, ou encore des animaux des élevages industriels), on observe de manière systématique un raccourcissement impressionnant de l’espérance de vie : ce qui n’a rien de surprenant si l’on considère les effets gravement délétères d’un niveau élevé de stress lié à une situation sociale à laquelle leur nature profonde ne les prépare pas du tout.

Pas de meute, les concepts de hiérarchie ou de dominance retournent au vestiaire des idées mal à propos : il faut en effet le répéter, un ordre hiérarchique chez des loups a certes été observé par le grand éthologiste Konrad Lorenz, mais il s’agissait de loups captifs, emprisonnés dans un espace étroit, et les conclusions que l’on peut retenir de l’observation d’animaux malheureux retenus dans d’aussi atroces conditions valent ce que l’on pourrait tirer pour une étude de l’éthologie humaine des pages magnifiques de « l’Archipel de Goulag » de l’immense Soljenitsine. Pas grand-chose !

IMG_0988

Le chien, en situation « normale », ne ressent aucune nécessité de confondre sa famille humaine avec quelque meute que ce soit, au sein de laquelle, laissé libre de son choix, il ne se retrouverait jamais. Il n’est à la recherche ni de dominance, ni de soumission, et s’il est en effet suffisamment « politique » pour faire semblant de jouer avec nous à une comédie hiérarchique, il s’agit bien de sa part d’une comédie !

La dominance chez le chien est un jeu complexe, liée aux circonstances, et non aux individus.

shutterstock_121187347

Autre remarque d’importance : les louveteaux vivent plus ou moins longtemps au sein du cocon familial, au moins jusqu’à leur deuxième année. Ils ne quittent pas leur famille, au fond, parce que le monde hors famille leur fait peur. Mais, quand ils « finissent de grandir », l’envie du « grand large » l’emporte sur la peur de l’inconnu, et les jeunes adultes s’en vont « vivre leur vie », et personne ne cherche à les retenir.

Les chiens sont des « animaux néoténiques », c’est-à-dire que par rapport aux loups, ils ne deviennent jamais tout à fait, ni complètement, des adultes. Heureusement pour nous !

Heureusement pour nous : la plupart des chiens ne passent jamais le cap de « l’indépendance », et ne souhaitent donc jamais quitter le cocon sécuritaire de nos familles.

shutterstock_257466154

Cependant, des exceptions peuvent se produire, et certains chiens deviennent « plus adultes » que d’autres : pour ces chiens, le vagabondage, ce que nous appelons « l’errance », montrant ainsi combien le concept même nous fait trembler, n’a rien « d’anormal », et c’est même exactement le contraire.

Et le fait que certains pays, par exemple la France, interdisent à ces chiens de vivre la vie qu’ils souhaitent, interpelle ! La question pourrait être posée autrement : quelle réelle liberté reste-t-il aux humains, quand celle de leur meilleur compagnon se trouve définitivement confisquée ? Qu’en est-il de la sincérité d’une relation qui ne peut se passer de chaînes, de colliers et clôtures ?

Bien entendu, pas d’angélisme : nul ne prétend qu’une certaine population de « chiens libres » irait sans rencontrer certaines difficultés. Mais « interdire » les problèmes est-il la bonne façon de les résoudre ?

En savoir plus…

One Comment

  1. ouaf !
    Comme ce que vous dites est vrai !
    je suis comportementaliste et je ne pratique pas car je suis trop déçu par la mentalité en France sur les relations des personnes avec leur chien
    Il est vrai que ces clôtures ,colliers ,entraves ,inhibitions des besoins de communication lors des rencontres ,laissent subsister ces notions de hiérarchie ….. » ma chienne ne supporte pas les autres chiens ….mon chien est vraiment agressif  » alors que ces animaux n’ont jamais été libéré de plus d’un mètre de longueur de laisse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *