Vrai ou faux : le processus de fabrication des croquettes détruit les vitamines ?

On ne peut pas plus vrai !

Bon, vous me direz, les matières premières de l’alimentation sèche sont de toute façon si pauvres en vitamines…

On ne sait pas très bien, par exemple, ce qu’il peut y avoir de vitamines dans les pattes, les becs, les plumes des volailles utilisées en alimentation industrielle…

Mais enfin, c’est un fait, la cuisson extrusion auxquelles sont soumises ces « matières premières » détruit tout, et les vitamines « naturelles », en particulier.

Aucune importance, vous dira votre vétérinaire, et notamment si celui-ci fait partie de ceux qui sont tombés sous le charme de l’activité commerciale (c’est si bon, un menu croquettes, même allégées, dans un compte d’exploitation…), aucune importance, puisque des vitamines de synthèse sont ensuite réintroduites dans les produits industriels.

S’il vous dit cela, et s’il vous prend envie de le contrarier, posez-lui donc cette question : que pense-t-il des très nombreux rapports qui prouvent que les vitamines industrielles absorbées de manière régulière et sur une longue période se révèlent cancérigènes ? C’en est d’ailleurs à ce point que certains de ces produits sont interdits dans plusieurs pays.

Demandez-lui aussi ce qu’il pense des rapports scientifiques qui établissent que les vitamines de synthèse sont jusqu’à 100 fois moins efficaces que les vitamines naturelles ?

Il y a d’ailleurs une explication toute simple à l’inefficacité des vitamines de synthèse. En réalité, les vitamines sont des produits qui n’agissent pas de manière « autonome », mais en interaction avec les autres micronutriments de l’alimentation.

Et pour votre part, sachez-le : la prise de complexes vitaminés ne pourra jamais remplacer la consommation de produits naturels crus, riches par exemple en antioxydants.

viande

Les compléments vitaminés peuvent rassurer les consciences, et enrichir l’industrie… Ils resteront toujours d’une utilité vertigineusement inférieure à celle d’une viande crue ou à peine cuite…

Maintenant, si vous ne voulez pas vous fâcher avec votre vétérinaire vendeur de croquettes, ne lui demandez rien du tout, et optez de vous-même, mais en cachette, pour le naturel… Votre chat vous dira : « merci », et votre chien : « encore » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *