Vrai ou faux : « Les teintures, atteintes graves au pelage d’un animal, sont une forme de mauvais traitement ».

Résumons ce que nous savons :

Sanstitre4

Un poil, c’est en réalité un empilement de trois couches concentriques : une partie centrale, la medulla ; une partie intermédiaire, le cortex ; une partie externe, la cuticule.

Or, la medula, c’est du vent ; de l’air ; ou du moins presque. Aucune rigidité. Quant au cortex, c’est à son tour une partie bien fragile…

Une fragilité heureusement compensée par la résistance de l’enveloppe : la cuticule !

Sachez-le, la cuticule est « réputée » imperméable. Mais l’est-elle tant que cela ? Teintures et colorations nous démontrent le contraire !

En effet, la cuticule est incolore, et la couleur du poil, comme celle du cheveu, est nécessairement celle du cortex. Pour colorer un poil ou un cheveu, il faut bien que l’on soit venu à bout de l’imperméabilité de la cuticule.

Et c’est en effet ce qui s’est passé. Teindre ou colorer, c’est avoir trouvé le moyen d’introduire au travers des écailles de la cuticule, au cœur même du cortex, des molécules, capables de dégrader la mélanine (cas de la décoloration) ou de lui substituer d’autres colorations. Tout cela se sera-t-il conduit sans dommage ? Pour ce qui se produit à l’intérieur du cortex, on peut en discuter. Mais pour la cuticule, le doute n’est pas permis, peu ou prou, chaque point de passage de produits étrangers correspond à une blessure de celle-ci.

Les teintures sont donc bien une forme de mauvais traitement à l’animal.

shutterstock_137655194

Ne faites jamais teindre, sous quelque prétexte que ce soit, le pelage de votre chien ! Fuyez à toutes jambes autant qu’à toutes pattes les établissements qui pratiqueraient cela !

Attention : ne pas confondre teinture et coloration. La teinture fait entrer le produit à l’intérieur du pelage, par réaction chimique. La coloration dépose une couleur sur le pelage, aussi voisine que possible de la couleur naturelle de l’animal.

La teinture, c’est non, toujours, dans tous les cas. La coloration, à partir d’un shampoing dit « colorant », si elle n’a guère d’utilité réelle, n’a pas réellement de conséquence. D’ailleurs, un prochain shampoing en viendra si facilement à bout…

Pour tout avoir sur cette question, voir le « guide Audreco : « Tout savoir sur la physiologie du pelage du chien et du chat ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *